goniIMAG0572

Le N’goni est le « petit frère » de la Kora, il est structuré de façon similaire mais possède une différence notable sur le nombre de cordes.

Trésor d’Afrique, plus particulièrement dans la région de Wassoulo au Mali, il est l’instrument de musique incontournable de la culture des Griots et du monde des chasseurs, il existe depuis la nuit des temps (environ 12e siècle).

Connu initialement sous le nom du Donso N’Goni « le n’Goni des chasseurs, composé de 4 à 6 cordes », il était l’emblème des chasseurs et de leur confrérie, l’instrument d’accompagnement des récits de chasse, des jeux musicaux entre chasseurs, des louanges mais également de la médecine traditionnelle et de la communion avec les esprits.

Le n’goni a une calebasse légèrement différente de celle de la kora coupée aux trois quarts et non à moitié, ce qui donne une plus grande caisse de résonance. A l’origine, cet instrument n’aurait été composé que d’une seule corde et aurait été joué par les bergers Peuls.

Aujourd’hui sa construction a évolué, le kamélé n’goni (kamélé = jeunes hommes), composé de 6 à 12 cordes (voire 16), est accordé en gamme pentatonique, toutes les notes sonnent juste entre elles, ce qui lui procure le pouvoir de sécuriser le joueur en lui permettant un jeu intuitif.